3 mai 2022

Une nouvelle nurserie artificielle prête à accueillir les espèces du port

Le point central du cahier des charges du nouveau shiplift de 4 300 tonnes à La Ciotat était la durabilité du projet pour l’ensemble de son déploiement : les travaux de génie civil, la construction et les manœuvres.

Une fois achevé, l’une des nombreuses caractéristiques durables du projet est l’installation dans le port de la plus grande frayère artificielle au monde qui, selon Philippe Vincensini, directeur général des chantiers navals de La Ciotat « vient en parfait complément des démarches entreprises par de nombreux acteurs du site pour préserver la biodiversité marine et la qualité de l’eau. Avec d es acteurs tels que Gérard Carrodano, le créateur d’Aquapassion, également connu sous le nom de « la sentinelle de la mer », qui veille à la qualité environnementale du site depuis sa reconversion en chantier naval de refit ».

Bruno Ricard, responsable HSE de MB92 La Ciotat, se fait le porte-voix de la forte tradition maritime locale : « Nous sommes très fiers de nos sites naturels et de notre lien avec la mer. La Ciotat est entourée de parcs nationaux et de superbes côtes. Il est essentiel pour notre région que ce projet soit développé en harmonie avec notre environnement ».

Plus de 450 m2 de quais du terre-plein ont été équipés d’un module vertical biomimétique fourni par la société française Seaboost. Copiée sur les herbiers de posidonie et sur la structure complexe de leurs feuilles, l’installation offre un abri vital aux poissons juvéniles et aux larves qui cherchent à s’installer sur les rivages naturels ou urbanisés de La Ciotat.

Bien qu’il soit désormais interdit aux yachts de mouiller dans les herbiers de posidonie, la quantité de cette espèce végétale centrale à l’écosystème du littoral méditerranéen a diminué par le passé à cause de ces mouillages et des aménagements côtiers qui ont eu un impact sur sa capacité à absorber le CO2 ainsi que sur les populations de poissons.

Martin Perrot, chef d’exploitation de Seaboost, a déclaré que « ce projet est particulièrement intéressant étant donné que précédemment ce système avait été mis en place à plus petite échelle. Ce programme industriel fournira plus de 350 m3 d’habitat. Il offre la capacité de compenser l’impact potentiel de l’activité ».

Grâce à un suivi régulier et à la collecte de données pour évaluer le développement de la population des espèces marines locales, cette solution crée un environnement concret, sécurisé, intégré et sûr qui favorisera leur reproduction.

Martin a ajouté : « Nous espérons que ce projet pourra être une référence pour encourager les bonnes pratiques de développement durable à l’avenir ».

 

Cliquez ici pour d’autres histoires de durabilité  

Bonjour, comment pouvons-nous vous aider aujourd’hui?